Détails

Ciné-débat – Femmes d’Argentine

Jeudi 30 janvier 2020 - 20h30
Cinéma Eckmühl - 468, rue du port de Kerity, 29760 Penmarc'h

Projection EN AVANT-PREMIÈRE du film Femmes d’Argentine de Juan Solanas au Cinéma Eckmühl de Penmarc’h (29), suivie d’un débat avec l’association RITA Tango, qui viendra de Paris pour nous parler des luttes féministes en Argentine!

► En amont de la soirée Une Oreille sur le Monde – Soirée Tango Argentin ! du vendredi 31 janvier 2020 !

Synopsis : En Argentine, où l’IVG est interdite, une femme meurt chaque semaine des suites d’un avortement clandestin. Pendant huit semaines, le projet a été âprement discuté au Sénat, mais aussi dans la rue, où des dizaines de milliers de militants ont manifesté pour défendre ce droit fondamental. Les féministes argentines et leur extraordinaire mobilisation ont fait naître l’espoir d’une loi qui légalise l’avortement.

Le collectif Rita Tango
http://ritatango.mystrikingly.com/

RITA c’est un collectif, entre la France et l’Argentine qui explore l’écriture, la création et la pédagogie du tango. C’est un groupe qui questionne le genre dans le tango et qui se demande comment penser de nouvelles manières de partager ses apprentissages. C’est un réseau d’artistes et de chercheurs qui explorent le tango dans ses expressions contemporaines en s’interrogeant sur les mouvements sociaux qui le traverse.
Pour cette soirée, RITA explora l’intersection entre tango et féminisme, revenant la création et le développement du Mouvement Féministe de Tango en Argentine.

La critique du film

Alors que l’Alabama vient d’adopter une loi anti-avortement, visant à interdire la pratique de l’IVG, le documentaire Que ce soit la loi (Que Sea Lay) de Juan Solanas retrace le combat acharné des groupes féministes en Argentine pour la liberté de disposer de leur propre corps. Après une émouvante montée des marches des Foulards Verts, le documentaire dresse le portrait édifiant du combat pour le droit à l’IVG.

En Argentine, près de 40% de la population vit sous le seuil de la pauvreté, privant ainsi la population, et surtout les femmes, de l’accès à la santé. En 2018, un projet de loi en faveur de la légalisation de l’IVG parvient à atteindre le Sénat. Que Sea Lay – “que loi soit faite” en français – donne la parole à celles qui se battent au quotidien. Derrière l’énergie joyeuse des manifestations féministes se cache une douleur impénétrable. Les témoignages sont d’une violence inouïe. Il y a déjà celle physique, insupportable de l’avortement clandestin effectué dans des conditions sanitaires déplorables, à laquelle s’ajoute la culpabilité de l’Etat. Insultées, méprisées, punies pour avoir fait le choix de ne pas enfanter, les femmes sont torturées par le personnel médical au point de les priver de leur droit les plus basiques.
Un vent d’espoir